"Les pépites de la Spirits Valley" épisode #1 : Laurent Becquart place le groupe BK'ART sur orbite.



I) Première étape : développer l'existant (2013-2015)

Laurent Becquart est le père fondateur du groupe BK'Art créé en 2020 et qui regroupe différentes entreprises du monde du packaging dont Cognac Emballages Services, basée en face de Grey Goose à Gensac. CES est le premier étage de la fusée qui va propulser l'ensemble de la holding parmi les acteurs incontournables du packaging...

Séduit par le potentiel de l'entreprise en 2013, il vend sa maison et quitte un CDI d'ingénieur en imprimerie pour reprendre l'activité de copacking qui pèse alors 270000€ de CA et compte 4 employés. Son objectif initial est atteint : trouver une entreprise dont il maîtrise l'activité et dont il peut acquérir 100% du capital.

Il s'agit principalement d'opérations manuelles, délicates et parfois fastidieuses, difficiles à mécaniser et nécessitant beaucoup de main d'oeuvre : conditionnement à façon (montage de coffrets promotionnels, pose d'étiquettes sur bouteilles ou étuis, pose de timbres fiscaux, remise en conformité) et l'impression à plat (repiquage sur étuis, coffrets, caisses).
 

Changement de caisse d'expédition
Montage étuis
Assemblage packs promotionnels

Très vite le site historique (200m2) devient trop petit pour l'ambition de Laurent Becquart qui profite du programme mis en place par Grand Cognac pour déménager dans une pépinière d'entreprises avec un local de 400m2 mis à disposition en 2015.  Il investit dans une machine de mise sous film rétractable et gagne de nouveaux clients, le CA passant de 400000€ à 800000€ entre 2014 et 2015 et le nombre d'employés de 4 à 30 personnes.

Il obtient également le prix de la reprise d'entreprise en 2016, date à laquelle il prospecte pour trouver un site à la dimension de ses projets. Car le local de la pépinière d'entreprise est déjà tellement sous-dimensionné qu'il est parfois nécessaire de réaliser certaines opérations dehors...

 

II) Seconde étape : un site de 1300m2 à la hauteur des enjeux (2016-2018)

C'est chose faite à l'été 2016 quand CES emménage dans un entrepôt ultra moderne et fonctionnel de 1300m2 à Gensac, en face de Grey Goose et des Bouchages Delages. Les titres des journaux sont dithyrambiques et parlent 'd'ascension fulgurante'.

1300 m2 disponibles pour tous vos projets

Laurent Becquart ne ralentit pas le rythme et investit dans de nouveaux matériels, organise des postes de travail aérés permettant aux employés de travailler sereinement et consolide sa position au sein de la Spirits Valley avec plusieurs atouts :

- désormais la capacité de personnalisation de l'emballage est déployée selon plusieurs techniques d'impression, une offre unique en Charente : sérigraphie, dorure à chaud ou tampographie (ajout de mentions légales, d'importateurs et création de séries limitées).

- une organisation structurée et personnalisée avec un organigramme intégrant un responsable supply chain en lien avec les douanes et les clients pour assurer la traçabilité.

- réactivité de l'équipe, extensible pour assurer une production rapide et de qualité.

Installation de light pads
Repiquage étui
Mise sous film

Loin de s'arrêter en si bon chemin, Laurent Becquart décide de poursuivre l'expansion de l'entreprise qui réalise un CA de 1,6 millions € en 2018. Toutefois CES est entouré d'une zone Natura 2000 inconstructible. Impossible donc d'agrandir les locaux. Pas de problème cependant, il va acquérir d'autres entreprises ailleurs...

 

III) Troisième étape : se diversifier et compléter son offre (2018-2021)

Sa première acquisition est Pyrénées Dorure Découpe basée à côté de Pau, conformément à  sa politique d'investissement dans des entreprises artisanales 'made in France'. Celle-ci est déjà bien implantée dans le monde du luxe avec Hermès comme client historique ainsi que dans la cosmétique, la pharmacie, l'agro-alimentaire et les spiritueux, des secteurs qui se portent bien.

 

Ainsi Laurent Becquart élargit-il la gamme de services en intégrant le marquage à chaud, la dorure galbée et le gaufrage tout en s'inscrivant dans une philosophie artisanale du métier de décor du packaging. A ce titre il investit dans une pelliculeuse et une machine de sérigraphie l'année suivante. Son objectif étant de proposer toutes les opérations qui sortent du circuit classique du packaging : impression, découpe et pliage-collage.

Avec Pyrénées Dorure Découpe, il se positionne après l'impression et avant la découpe sur des opérations à forte valeur ajoutée. Ainsi le CA bondit encore pour atteindre 3,5 millions € en 2020, année de l'acquisition du studio de création Alket et du façonnier GB Façonnage près d'Angoulême.
 

Toujours en mouvement, il semble avoir constamment plusieurs coups d'avance en tête au moment de prendre une décision. Nul doute que ses prochains projets feront encore les gros titres des journaux locaux qui s'interrogent quant à l'ascension fulgurante des entreprises qu'il acquiert.

Véritable aventurier dans l'âme, Laurent Becquart n'en est pas moins un gestionnaire hors-pair, attentif aux moindres détails et qui ne laisse rien au hasard. Tentons de comprendre comment il jongle avec ces deux caractéristiques dont l'association serait en fait la recette de son succès...

 

IV) Interview 'leadership' avec Laurent Becquart.

1- Quels sont tes activités préférées ?

Les activités liées à l'imprimerie sont nombreuses et me font vibrer ! C'est un métier concret où on transforme, on embellit des feuilles de papier, de carton pour en faire parfois presque des oeuvres artistiques, des écrins destinés à emballer et mettre en avant les plus beaux produits

 

2- Quel livre t’a le plus influencé ?

"Anapurna, Premier 8000" de Maurice Herzog, alpiniste reconnu qui deviendra en 1958 Secrétaire d'état à la jeunesse et aux sport puis Maire de Chamonix.
Hormis toutes la polémique qui entoure ce livre pour savoir lequel de Maurice Herzog ou Louis Lachenal, son équipier, a vraiment été le premier à gravir un sommet de plus de 8000m d'altitude le 03 juin 1950; j'apprécie l'aventurier, le goût du risque et du défis qui s'en dégagent. Ce fut une véritable aventure avec des enjeux politiques à l'époque car plusieurs pays se battaient dans une course à laquelle leurs ressortissants respectifs devaient atteindre en premier un sommet de plus de 8000m.
On parle d'une époque où les cartes étaient d'une très grande imprécision, où personne n'était jamais allé et avec des qualités d'équipements rudimentaires.

 

Premier 8000 gravit en 1950 par une expédition française dont le pays au sortir de la 2ème GM est en reconstruction.
Une des premières cartes du massif de l'Annapurna (1954) Source : http://expes.varax.net/cartes/Nepal/
Le même massif avec une carte récente (2002) Source : http://expes.varax.net/cartes/Nepal/

3- Quelle mission t’a le plus marqué ?

La reprise d'une première entreprise est sans doute le moment le plus marquant, la découverte et l'apprentissage de l'entreprenariat est très riche. On apprend, on chute, on se relève et on avance. 
 

4- As-tu une méthode pour faciliter la prise de décision ?

Je partage beaucoup le pouvoir, je fais en sorte de fixer un cap et de laisser le soin à mes équipes d'en fixer les modalités pour y arriver. L'échange et la prise de responsabilité sont les clés pour faire évoluer la prise d'autonomie et ainsi faire grandir l'entreprise.
 

5- Quel est ton échec le plus formateur ?

J'ai eu la chance de connaître des premières années faciles au démarrage de ma première entreprise. Cela m'a valu quelques retours de bâtons ensuite. Je fais beaucoup d'erreurs chaque jour, ce qui reste le plus important, c'est d'en prendre la mesure rapidement pour adapter le cap et remettre les voiles dans le sens du vent.

 

6- Peux-tu partager ton secret derrière la discipline dont tu fais preuve en tant que gestionnaire hors pair ?

Oui, je connais mes tables d'opérations mathématiques par coeur !
 

7- Quelle part de ton temps mets-tu en oeuvre pour la veille stratégique afin de garder un oeil sur ce qu’il se passe dans les spiritueux ?

Lorsqu'on a une première entreprise, on se constitue un réseau qui permet de savoir ce qui se passe derrière les enseignes des autres entreprises sinon, je veille très stratégiquement sur les spiritueux le soir à partir de 19h00... à l'heure de l'apéro! 

 

8- Quelle est la vision d’origine concernant le groupe BK’Art   ? Y a t’il une véritable stratégie d’acquisition en amont derrière la réalisation de cette holding ?

Je n'aime pas vraiment rester dans ma zone de confort et je suis curieux, c'est dans ma nature, je ne peux pas l'expliquer alors cela se transforme par des acquisitions et pourrait se poursuivre prochainement par la création d'une entreprise toujours en lien avec le domaine de l'imprimerie.
 

9- Quels conseils donnerais-tu à un entrepreneur ou une start-up qui se lance dans la création d’une nouvelle gamme de spiritueux ?

Ce qui compte avant toute la beauté de n'importe quel projet c'est de travailler sur la stratégie de distribution, je sais, ce n'est pas fun mais c'est vraiment la clé du succès.
Comment rendre son entreprise rentable si on a un beau projet sans avoir les moyens de le distribuer et donc de le vendre? 
 

 

JÉRÔME SAVOYE

 

Contactez-nous pour tout développement de spiritueux, de packaging et des services sur-mesures pour votre entreprise (soutien dans l'organisation, développement pack, contrôle qualité, rédaction de fiches produits...)

 

Les start-ups et les entrepreneurs désireux de créer de nouveaux spiritueux peuvent télécharger gratuitement la mind map du développement des spiritueux ici :

https://www.myspiritfactory.com/

 


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.